Oui ! faire corriger son texte est un investissement !

Cela fait bientôt 10 mois que j’ai créé L’antre-de-mots. Et plus les écrivains me sollicitent, plus je suis convaincue d’avoir choisi la bonne voie !

Quelle satisfaction de se dire que l’on met sa pierre à l’édifice, que l’on aura participé à notre manière au succès de l’auteur et au plaisir des lecteurs.

Personnellement, plus je trouve de fautes dans un ouvrage et plus je me dis que l’auteur a eu raison de faire appel à moi. On peut être talentueux dans l’écriture, mais fâché avec l’orthographe. C’est donc sans jugement que j’apporte mon œil extérieur, que je décortique le texte et que je m’applique à le rendre parfait.

Mais c’est une grande pression aussi : il en va de notre réputation ! La concurrence est rude, il faut se faire un nom, une place. Dans ce métier, c’est le bouche-à-oreille qui va fonctionner. Alors mieux vaut viser la perfection, laisser une très bonne impression et un goût de revenez-y !

Mais tous les écrivains sont-ils bien conscients de ce que vaut ce travail ?

Visiblement, non !

J’ai rencontré plusieurs personnes souhaitant une correction de leur manuscrit, mais qui ,à l’annonce du prix de la prestation, ont finalement abandonné l’idée, réalisant que ce n’était pas dans leur budget.

Eh oui ! Corriger un texte, cela veut dire passer du temps dessus et donc se consacrer entièrement à son client. C’est un réel travail qui demande de la concentration, de l’énergie. Et pendant que l’on corrige un texte, on ne s’occupe ni de soi ni de sa famille.

Certains amis ou membres de la famille pourront le faire par gentillesse parce qu’ils ont du temps, parce qu’ils veulent rendre service, mais le travail sera-t-il aussi bien fait que s’il était réalisé par un correcteur professionnel ?

La mission du correcteur professionnel est de ne laisser aucune faute, de faire plusieurs lectures pour être sûr de n’avoir rien oublié et de toujours douter pour vérifier encore et encore.

Je ne pense pas qu’un correcteur non professionnel passe autant de temps à travailler sur un texte, justement parce que ce n’est pas son métier !

Il faut donc avoir conscience qu’une correction de texte a un coût. Si l’on fait appel à un professionnel, c’est pour de bonnes raisons et la première est le respect de ses lecteurs.

Livrer un texte bourré de fautes n’est pas digne d’un auteur sérieux dont la principale préoccupation est la satisfaction de ses lecteurs.

Écrire, oui ! Hérisser, non !

 

Ma lecture du moment

 

 

J’ai fait partie des privilégiés qui ont pu se procurer l’ouvrage gratuitement.

Ce n’est pas mon genre de prédilection, mais ma curiosité a pris le dessus. Et toutes les expériences littéraires sont bonnes à prendre, du moment qu’on aime lire !

Besoin d’initiation est une romance érotique pour adulte écrite par Caliste d’Entressac. J’ai croisé cet auteur sur un groupe Facebook consacré à la bêta-lecture.

Quelques mots sur l’auteur :

“Depuis des années, l’envie d’écrire était présente dans l’esprit de Caliste d’Entressac, mais le temps lui manquait.

Le confinement de mars 2020, imposé par la Covid-19, lui a permis de prendre la plume.

À la suite de la publication de quelques textes sur Facebook, les premiers lecteurs ont marqué leur engouement, leur exaltation ainsi que le désir de lire toujours plus de textes de Caliste, ce qui l’a encouragé à poursuivre l’aventure de l’écriture.

L’absence de vulgarité et les sensations de vivre les scènes font la plume de Caliste.

Un lecteur à parlé de lui en le qualifiant “d’auteur hyperréaliste”… ce qui se vérifie lorsque l’on parcourt les commentaires laissé sur Amazon.

En septembre 2021, le recueil de 282 pages et 11 nouvelles érotiques “15 minutes, thermostat 8” était sa première publication.

Un roman paraît en décembre 2021. “Besoin d’initiation”, l’histoire d’une jeune femme en mal de plaisir…”

2 formats de Besoin d’initiation sont disponibles (Kindle ou broché) pour les amoureux du genre ou pour les curieux comme moi…

Je ne manquerai pas de vous donner mon avis dès que j’aurai terminé ma lecture.

Si vous souhaitez vous le procurer, c’est ici !

 

Ma Kindle et moi

 

Mon aventure Kindle a commencé il y a quelques mois. Non pas que je n’aime pas les livres papier, bien au contraire ! Mais avec mes 2 petites tornades de 34 et 10 mois, ce n’est pas pratique d’aller flâner au rayon librairie et surtout le temps me manque !

Je me suis donc mise au livre numérique : cela me permet d’acquérir plus rapidement de nouveaux ouvrages et je peux donc en lire davantage.

∗∗ Ma première lecture : Le Bal des Psychopathes de Gabriel C.

En voici le résumé : “Chris, brillante chirurgienne, se retrouve perdue au beau milieu de nulle part lorsque son rendez-vous clandestin avec son amant tourne au cauchemar. Une rencontre malheureuse, au détour d’une route, va changer le cours de son existence à tout jamais.
Séquestrée dans le sous-sol d’un chalet, elle subira les sévices physiques et psychologiques de ses bourreaux, trois êtres pervers échappés d’un asile qui n’auront de cesse de la tourmenter, se délectant des souffrances infligées à la jeune femme.
Elle devra chercher au plus profond d’elle-même la force de lutter et de s’en sortir coûte que coûte. Alors s’engagera un combat inégal avec ses tortionnaires qui ne pourra avoir qu’une seule issue. Mais le chemin qu’elle empruntera vers la liberté sera-t-il le bon ? Ne se perdra-t-elle pas dans tous ces faux-semblants ?”

Mon avis sur ce livre : un thriller sans temps mort ni description inutile, qui ne ménage pas son lecteur. Les personnages sont écœurants, à tel point qu’on a presque les odeurs qu’ils dégagent dans le nez… Bref, un livre à ne pas lire à n’importe quelle heure de la nuit…

 

∗∗ Ma deuxième lecture : le roman d’Anaïs Weibel : Juste puni.

« Aujourd’hui, je suis résigné à ce que ma vie soit un enfer. Chaque jour, j’encaisse ainsi les coups, les insultes et cache mes marques aux yeux des autres. Après tout, je ne suis pas battu, mais juste puni pour avoir détruit l’existence de mon père. »

À 17 ans, Mathieu en est convaincu, il n’a pas le droit au bonheur, jusqu’au jour où il fait la rencontre d’Amory et cède à cette amitié inattendue.

Mathieu va alors se retrouver déchiré entre son père qui le ramène sans cesse à sa place de chien, et Amory et sa famille qui s’efforcent de lui faire ouvrir les yeux sur l’absurdité de cette situation.

Au milieu de la tourmente, quelle vérité Mathieu choisira-t-il ?

Mon avis sur ce livre : un roman qui réveille plein de sentiments : la colère, la haine, la frustration, la douleur, physique et morale, l’envie de crier la vérité à la place de ce jeune homme qui préfère subir et se taire. Heureusement l’empathie, l’amitié et l’amour nous sortent de l’obscurité et nous conduisent comme le jeune héros vers la lumière, vers les rires, vers la vie !

Un roman qui prend aux tripes !